Alancienne : ” Au pic du confinement, on a multiplié par 12 le nombre de nos ventes”

Juin 25, 2020 | Tech Out

Alancienne, spécialisée dans la livraison de produits fermiers locaux, fait partie des rares entreprises pour qui le confinement a été un vrai levier. Jean-Marie, business développer de l’antenne Lyonnaise depuis 6 mois et membre de Bel Air Camp, nous raconte de quelle manière il a géré cette croissance inattendue.

Le bio et local : explosion des ventes pendant le confinement

Hello Jean-Marie ! Tu fais partie des salariés qui ne se sont pas du tout arrêtés pendant le confinement. Du coup, comment s’est passée cette période pour toi et Alancienne ?

On a commencé à sentir les premiers frémissements quelques jours avant le début du confinement. Nous avions des campagnes publicitaires en cours et déjà une hausse se confirmait. Ça a explosé à partir du 15 mars, le jour où le président a annoncé le confinement. Au pic du confinement,  j’ai vu nos ventes multipliées par 12 “

Panique à bord ?

Non, au contraire c’était super excitant. J’ai dû faire face à de nouveaux défis. Heureusement, un collègue de l’antenne parisienne qui était confiné chez ses parents à Lyon a pu me prêter main forte. On a eu peu de temps pour revoir notre logistique, augmenter le nombre de jours de livraison, s’équiper d’un nouveau frigo, revoir la taille des camions et surtout prévenir nos producteurs. Ces deniers étaient super contents de nous avoir pour écouler leurs produits.

As-tu profité de cette période pour tester de nouveaux canaux de vente ?

Nous avons surtout eu d’excellents résultats sur les facebooks ads. En mars, tout le monde cherchait à se faire livrer des fruits et légumes locaux.

Comment ça se passe depuis le déconfinement ?

Forcément, le pic passé, ça s’est un peu calmé. Je pense que les gens ont voulu revenir dans leur magasin physique. Et puis, nous avons été malheureusement confrontés à un problème d’offre car nous étions en pleine intersaison. C’est une période où, à Lyon, mis à part des pommes il n’y a pas encore beaucoup de fruits. Mais globalement, l’opération a été très positive pour Alancienne !

Le Growth Hacking comme fer de lance

De bons points en tout cas pour la suite de votre implantation lyonnaise.
Je sais que vous faites pas mal de growth hacking chez Alancienne pour capter de nouveaux clients. Peux-tu partager quelques-unes de tes tips ?

Notre règle de base c’est de tester le maximum de canaux ! De mon côté, j’en ai testé au moins 30. C’est aussi comme ça qu’on a réalisé que ce qui marchait à Paris, ne fonctionnait pas forcément de la même manière à Lyon. Je conseillerais aussi à ceux qui lancent de nouveaux business d’internaliser au départ tout ce qui est marketing digital. Vous devez absolument avoir déjà testé des choses en interne avant de déléguer ces tâches à une agence.

Quel est finalement le canal qui fonctionne le mieux pour votre entreprise ?

A Lyon, nous n’avons pas encore une taille critique pour actionner des leviers qui offrent de beaux résultats comme le retargeting. Pour notre activité, le bouche à oreille reste le meilleur canal. Nous avons aussi pu expérimenter la force des relations presse avec une parution dans Le Monde.fr qui nous a offert un beau trafic.

Autonomie pour l’agriculture de demain

Je ne peux pas te laisser sans aborder avec toi un sujet qui nous tient particulièrement à cœur ici à Bel Air : la nourriture ! Quelle est ta vision de l’agriculture de demain ?

Le confinement a mis en lumière la nécessité de retrouver de l’autonomie au niveau de la production agricole. Les 16.000 exploitations qui se situent dans un rayon de 50 kilomètres autour de Lyon, permettraient de couvrir 93 % des besoins alimentaires des habitants de la métropole.
Forcément, pour moi et toute l’équipe d’Alancienne, l’agriculture de demain sera locale, moins dépendante de la chimie et plus respectueuse de la Terre et des Hommes  et à petite échelle avec beaucoup de créations d’emplois. Alors que la France était à la pointe de l’agro-écologie au début du 20ème siècle, elle dépense aujourd’hui plus dans la régénération de la biodiversité détruite par l’agriculture que l’agriculture elle-même lui rapporte.. A Paris, nous travaillons sur un projet de ferme agro-écologique avec d’autres entreprises. Ce modèle de ferme bio vise une autonomie en énergie en 7 ans et une rentabilité en 12 ans. C’est un modèle qu’on veut  absolument essaimer dans les années à venir sur tous les territoires. Je crois aussi beaucoup à l’aide à la décision et à l’optimisation de la production avec la mise en place de capteurs et de collecte de data.

On vous encourage à commander votre prochain panier fermier sur Alancienne.com.

Code promo Alancienne pour vos commandes

Code : BELAIR1

> 10€ de réduction pour tout première commande (min 30€ d’achat)

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *