Dans le cadre du Challenge Mobilité 2018 auquel Bel Air Camp participe, nous sommes allés interroger Christophe Defaix, le co-fondateur d’Addbike. Fondée en 2015, cette entreprise lyonnaise propose de transformer n’importe quel vélo en triporteur grâce à l’ajout d’un ingénieux module à deux roues remplaçant la roue avant du vélo et qui permet aussi bien de transporter son enfant que ses courses, jusqu’à 35 kg.

 

LES + DE L’ADDBIKE
Produit multi-usage, AddBike se démarque des triporteurs traditionnels par son prix accessible, sa maniabilité et son aspect compact.   VOIR LE SITE

 

Bonjour Christophe. AddBike vient d’entamer sa première véritable « saison » au niveau commercial.  Vous êtes prêts ?

« C’est effectivement notre première grosse saison puisque nous avons commencé à commercialiser nos produits à partir de septembre 2017. Les ventes dans le domaine du cycle sont très liées à la météo ! Cet hiver, nous avons peaufiné notre première série d’AddBike et développé notre réseau de revendeurs. Nous sommes désormais présents dans près de 120 points de vente (des magasins de cycles), en France et en Belgique principalement, avec l’ambition de conquérir largement le marché nord européen (Allemagne et Pays-Bas en tête) dès 2019. »

Quel est votre client type actuellement ?

« Nous avons principalement des familles, résidant dans les métropoles mais aussi des professionnels qui customisent leurs AddBike. Notre clientèle est encore en majorité masculine mais nous avons de plus en plus d’utilisatrices. Les trajets quotidiens jusqu’à l’école puis le travail ou les sorties familiales le week-end sont autant d’occasions d’utiliser l’AddBike »

Avez-vous prévu de commercialiser de nouveaux modèles d’Addbike ?

« Nous sommes actuellement en test avec des collectivités et des entreprises pour les convaincre de passer à ce nouveau mode de transport au quotidien. Nous prévoyons ainsi de nouveaux modules pour répondre au mieux aux attentes de ces publics professionnels. Mais nous mettons aussi en avant le Do It Yourself : chacun peut personnaliser son Addbike selon ses besoins, en y ajoutant un contenant adapté à ses charges à transporter. »

 

l'addbike en action

Etes-vous optimiste sur le développement du vélo en France ?

« Je suis persuadé que la France est en train de rattraper son retard. Un retard fortement lié à notre culture de la voiture comme symbole de réussite. Nous attendons cependant de voir s’il y aura un plan vélo porté par l’état en 2018. A l’heure actuelle,  il reste à trouver les financements pour répondre à l’appel des associations de promotion du vélo. En attendant, il ne faut pas relâcher les efforts entrepris par de nombreuses municipalités, notamment sur l’amélioration des pistes cyclables. »

 

Et le succès du vélo à assistance électrique, vous y croyez ?

« Evidemment ! Il y a eu un boom des ventes notamment grâce à la prime d’achat de 200 € proposée par l’Etat en 2017. Le vélo à assistance électrique correspond très bien à notre cible qui est principalement urbaine. Sans oublier que tous ces nouveaux usagers pousseront à créer de nouveaux aménagements pour le vélo en ville. Pour 2018, ce sont les collectivités locales qui ont pris le relais de l’état en proposant pour certaines, des aides à l’achat de certaines catégories de vélo (vélos à assistance électrique, pliants ou cargo). Nous sommes par exemple très contents que le système AddBike soit éligible à l’aide de 100 € proposée par la Métropole de Lyon depuis début mai, c’est une bonne opportunité pour les cyclistes grand lyonnais de franchir le pas ! »

Addbike dans Lyon