18 avril 2018 / STARTUPS

Opsav : la vente de la dernière chance !

A Bel Air, on découvre tous les jours de nouveaux métiers. Celui d’Anthony Aizpuru et de sa startup OPSAV fait partie des plus atypiques. Présentation.

Bonjour Anthony ! Contrairement, aux autres membres de Bel Air Camp, tu ne fabriques pas un nouveau produit mais tu essaies de « sauver » ceux qui existent déjà !

« OPSAV est en effet la première plateforme qui s’attaque à un domaine assez confidentiel : le sauvetage de marchandises. On intervient  suite à des sinistres et des litiges impliquant des marchandises transportées. Si la marchandise est encore en bon état, les assureurs peuvent alors la revendre. C’est là qu’OPSAV entre en jeu ! »

Avec le nombre de marchandises qui transitent chaque jour dans le monde, il doit y avoir pas mal de perspectives de développement pour OPSAV…

«  Il y a très peu de données sur ce marché. On peut néanmoins faire l’estimation suivante : après avoir retiré les vols et les marchandises inexploitables, OPSAV peut  intervenir pour du sauvetage dans 19% des sinistres. Soit à l’échelle des contrats d’assurance transport en France, un ensemble de dossiers représentant 120 millions d’euros d’indemnités.»

Quels genres de produits tentez-vous de « sauver » en ce moment ?

« On a vraiment de tout ! Nous avons eu des lots allant d’un stock de tapettes à mouches jusqu’au crossover BMW en passant par des bureaux sur-mesure. Nous avons également assez souvent de l’alimentaire… En ce moment, nous proposons des appareils neufs pour électriciens et électroniciens. »

Que se passe-t-il si vous ne trouvez pas de repreneurs ?

« Notre objectif est d’éviter à tout prix la destruction. Si la vente est impossible, nous passons par de la donation et en dernier lieu du recyclage. Malheureusement, il y a encore des entreprises qui préfèrent détruire leurs marchandises mais le durcissement de la législation devrait nous aider à lutter contre ce gaspillage. »

Comment t’es venue l’idée d’OPSAV ?

« Avant OPSAV, j’ai créé TALDEA, une plateforme d’intermédiation et de conseils pour aider les PME françaises à trouver des marchés à l’international, notamment en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe de l’Est.  C’est dans le cadre de cette activité que j’ai commencé à entendre parler de ce problème de marchandises laissées à la charge de l’assureur, dans les ports notamment. J’ai senti qu’il y avait quelque chose à faire.  Par la suite, j’ai rencontré Philippe et Jérémy, qui à travers leur expérience de commissaires  aux avaries connaissent très bien la problématique du sauvetage de marchandises. Ils sont aujourd’hui mes associés et Jérémy occupe le poste de DG de la société. »

A 33 ans, tu as déjà 2 entreprises à ton actif. Comment te projettes-tu avec OPSAV ?

«  Quand j’ai commencé à entreprendre, mon ambition était d’allier de réelles perspectives économiques avec un projet qui ait du sens au niveau sociétal. Aujourd’hui, je pense avoir l’opportunité de concrétiser cette ambition. Avec OPSAV je vise, a termes, la création de plusieurs dizaines d’emplois au service d’un même objectif : limiter le gaspillage lié à la destruction des marchandises. Nous avons un concurrent aux Etats-Unis mais cela nous laisse tout de même de belles possibilités pour croître à l’étranger. »

Prévois-tu une levée de fond ces prochains mois ?

« Non, pas pour le moment. Je veux  atteindre un premier palier de chiffre d’affaires et mettre OPSAV sur de bons rails avant d’aller voir des investisseurs. Nous avons bien amorcé l’activité cette année, nous verrons par la suite ! »

Avec un diplôme d’ingénieur en informatique embarqué, tu viens d’un univers assez éloigné du monde de l’entrepreneuriat. Qu’est-ce qui t’attires le plus dans le fait d’entreprendre ?

« Le fait que tu te libères de toute forme de routine. J’apprécie aussi la polyvalence qu’offre la vie d’entrepreneur ! »

publié par :
PASCALE LAGAHE / RESPONSABLE DE LA COMMUNAUTÉ
[email protected]

— VOUS AIMERIEZ ÉGALEMENT

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

À propos

Bel Air Camp est le plus grand écosystème de startups produit, accueillant une communauté éclectique (startups, TPE/PME, ETI et grands comptes). Intégrez 34000m2 dédiés à la croissance de votre business !

Contact

    11 avenue du Bel Air, 69100 Villeurbanne

  +33 (0) 9 72 60 57 02

     [email protected]

 

Contact   |   Plan du site   |   Espace presse   |   Politique de confidentialité   |    Mentions légales