Projet atypique mais emblématique de Bel Air Camp, Délibio ne fabrique pas des robots mais des plats 100 % bio et zéro déchet. Retour sur cette aventure éco-responsable initiée il y a plus de 2 ans par Antoine Perrin, un ingénieur passionné de voitures électriques.

 

 

Le mieux manger fait partie des sujets entrepreneuriaux les plus en vue du moment. Tout particulièrement à Lyon. Dans un secteur pris d’assaut par les industriels, de jeunes pousses tentent de tirer leur épingle du jeu. Délibio fait partie de ces projets food lyonnais qui comptent bien changer les habitudes des consommateurs, sans les culpabiliser.

À la tête de cette équipe de trublions de la nourriture, Antoine Perrin, 29 ans, originaire des Vosges. « De Gérardmer exactement. J’ai grandi dans une famille qui portait des valeurs de respect de l’environnement, de bien manger, anti- gaspi. » Animé par la conviction profonde que qualité et prix accessibles ne sont pas incompatibles, il commence, en 2015, à modifier ses habitudes alimentaires.

« Je me suis passionné pour la cuisine ancienne, la cuisine du monde. J’ai diminué les produits industriels et la viande. »  Son idée de plats en bocaux issus de produits locaux et bio fait son chemin. Pendant près de 2 ans, il peaufine son concept, dans sa cuisine, et se met en quête de son futur chef. « J’ai malheureusement croisé pas mal de cuisiniers qui ne voulaient pas travailler les produits différemment de leurs habitudes J’ai mis des mois à trouver la perle rare. » C’est finalement grâce au réseau qu’il croise le chemin de Mansour, « son magicien ».

UN INDUSTRIEL ÉCOLO

L’aventure Délibio pouvait enfin commencer.
Soutenu par ses proches qui investissent dans le projet, Antoine choisi d’implanter la cuisine et les bureaux de Délibio à Bel Air Camp fin 2017. Fasciné par le succès de Tesla et de son fondateur Elon Musk, le jeune ingénieur de 29 ans souhaite avant tout casser les codes du milieu de la restauration. « Je veux être un industriel écolo », annonce Antoine. Ambitieux mais avec la tête sur les épaules, le fondateur de Délibio ne veut pas se limiter à quelques ventes de bocaux quotidiennes.
Pour cette année, son objectif est de « sortir » 150 bocaux par jour. Grâce notamment à l’événementiel, mais aussi grâce à des partenariats auprès d’épiceries bio et zéro déchet telles que Bulko et À la source. Parmi ses recettes originales, ses clients ont pu expérimenter les pilaf de curry au chou-fleur, les spaghettis à la sauce tomate & porc grillé, ou bien encore le boeuf carottes, endives braisées.
 

ENTREPRENDRE POUR DONNER DU SENS

Entrepreneur depuis le lycée, rien ne prédestinait Antoine à monter une entreprise dans la nourriture. Curieux, touche-à-tout, il passe ses années lycées à prototyper des voitures électriques en échelle réduite. Pendant ses études d’ingénieur mécanique, il créera même un bureau d’études spécialisé dans la promotion des véhicules électriques. « L’école m’a toujours ennuyée. À 16 ans, j’ai même pensé à être émancipé pour monter ma société ».
En parallèle de ses études, Antoine développe son activité de bureau d’études. Échaudé par un client mauvais payeur, il choisit en 2010 de quitter le monde de l’entrepreneuriat pour le monde du salariat. « C’est vraiment un épisode qui m’a marqué. J’avais une confiance totale en ce client et je me suis senti agressé », confie le jeune homme.

 

Il renouera avec ses premiers amours 5 ans plus tard. Grâce à son expérience de développeur et de business développer, il conseille plusieurs startups lyonnaises pendant 6 mois avant de lancer Délibio.  « J’ai été opéré 8 fois au cours de ma vie à cause d’une malformation à la naissance. Dans ce genre de cas, tu es obligé de composer avec le chaos. Ça m’a appris à être plus attentif aux solutions qu’aux problèmes ! »
Résilient et optimiste face à l’avenir, le jeune homme confie aujourd’hui que sa plus grande satisfaction est de créer de l’emploi. Son équipe comptera bientôt 10 salariés. Son agenda printanier est déjà bien booké, mais si vous avez besoin de plats originaux pour un événement, n’hésitez pas à le contacter ! Il vous trouvera toujours une solution, adaptée à vos envies et à votre budget…

Voir le site de Délibio